De nouveaux maitres pour les animaux errants

Les animaux de compagnie sont devenus incontournables ! Il faut dire qu’ils apportent joie et tendresse au quotidien. Mais il arrive que certains animaux se retrouvent séparer de leurs maîtres, et cela pour plusieurs raisons : cela peut être pour des raisons de santé, voire de décès du maître, de travail ou parce que le propriétaire s’en va vivre dans un autre pays et qu’il ne peut malheureusement pas emmener son animal avec lui.

Si quelques uns de ces petits « orphelins » ont la chance de se voir confier à de nouveaux maîtres aimants et attentionnés, la plupart se retrouvent quant à eux à la rue, et donc livrés à eux-mêmes. Ils deviennent alors des animaux errants. Heureusement, il est aujourd’hui possible d’empêcher que ce genre de situation malheureuse n’arrive. De nos jours, il existe en effet des endroits permettant de contacter des personnes qui souhaitent « adopter » les animaux séparés de leur maître, prenant ainsi la relève. Détails.

Des refuges où déposer son précieux petit compagnon

Il est donc parfaitement possible pour les maîtres contraints d’abandonner leurs animaux de compagnies de leur trouver de nouveaux maîtres aimants. Il faut en effet savoir que les ménages à la recherche de petits compagnons à poils ou à plumes sont aujourd’hui très nombreux.

Etant un animal fidèle et beaucoup plus domestiqué que le chat, le chien risque beaucoup de devenir dépressif et n’aura plus confiance en l’être humain.

Mais pour ce faire, l’intervention d’un intermédiaire est incontournable : c’est ce dernier qui se chargera d’organiser la mise en contact ainsi que la rencontre entre l’animal et ses futurs nouveaux maîtres.

En fait, des personnes de bonne volonté ont eu l’idée de fonder les « refuges » pour animaux errants. On y accueille et prend soin des animaux qui n’ont plus de maître et errent dans les rues sans but ni destination précise. Il arrive que ce soient les maîtres eux-mêmes qui y déposent leur boule de poils ou de plumes adorée quand ils ne peuvent plus s’en occuper.

Outre les maltraitances et les dangers physiques comme les voitures ou les autres animaux sauvages, les chats abandonnés et/ou errants sont confrontés à de nombreux dangers, non seulement pour se nourrir mais également pour se loger.

Ces petits pensionnaires ne seront placés à l’adoption que lorsqu’ils seront jugés en parfait état de santé par les responsables. Les futurs propriétaires, quant à eux, n’auront qu’à se rendre dans le refuge de leur choix, où pleins d’animaux attendent d’être à nouveau adopter.

Tout savoir sur les refuges animaliers

En France, les refuges pour animaux errants sont aujourd’hui très nombreux. Services Animaliers de la Rive-Sud fait partie de ces établissements qui accueillent les animaux errants ou confiés par leurs maîtres. Les pensionnaires sont principalement des chiens et des chats, mais il est également possible d’y trouver d’autres espèces animales.

Les chiens dits bâtards ou sans race et les chats de gouttières dits sans pedigrees sont les plus abandonnés, mais cela n’empêche pas que les animaux dits de races se retrouvent dans la rue.

Avant d’être proposés en adoption, ces derniers reçoivent d’abord des traitements médicaux : vaccins, vermifuges… Des vétérinaires sont également appelés pour procéder à la stérilisation des femelles en âge de l’être. Ensuite au moment de l’adoption, il est important de préciser que les frais varient selon l’âge de l’animal concerné.

Ainsi, adopter un chaton et un chiot âgé de moins de 4 mois coûte beaucoup plus cher que d’adopter un chat ou un chien plus âgé. A noter également que les prix hors taxes sont compris entre 120 et 280 euros pour les canins et les félins.

Adopter un chien adulte c’est aussi une assurance qu’il a été proprement éduqué.

Mais pas qu’en France uniquement, car pleins d’autres pays possèdent également des refuges animaliers. En Belgique par exemple, plus précisément à Chastre, il y a l’association Sans Colliers qui est agréée par le SPW Bien-être Animal. Elle se distingue des autres refuges par son principe qui est d’exclure l’euthanasie de convenance.

Les petits pensionnaires du refuge reçoivent au contraire la visite régulière de toiletteurs, mais aussi de comportementalistes en charge d’évaluer leur état physique et psychologique. Sont également privilégiées les personnes qui viennent adopter un animal au refuge : elles peuvent en effet bénéficier d’un service post-adoption, qui consiste à les aider et les soutenir dans le cas où l’animal a encore un peu de mal à s’adapter à son nouveau foyer d’adoption.

Que faut-il faire pour adopter ?

Pour les personnes et les foyers qui souhaitent adopter, les démarches et procédures ne sont pas trop compliquées. La solution la plus rapide est de consulter la liste des animaux sans famille sur le Net puis de se rendre au refuge de son choix.

Un petit conseil pour ceux et celles qui ont déjà un animal de compagnie, l’idéal serait de l’emmener au refuge avec soi. Cela dans le but de tester la compatibilité comportementale avec le futur nouveau venu. Si tout se passe bien, l’adoptant signe un contrat et peut partir après l’acquittement des frais. Il s’engage à faire vacciner l’animal périodiquement et le faire stériliser si ce n’est pas encore le cas.

La stérilisation des chats est un moyen efficace pour limiter l’abandon. En effet, avec une portée bien plus rapprochée que le chien, les propriétaires de chats se retrouvent facilement avec une horde et préfèrent abandonner les petits.

Mais le plus important des engagements est de toujours garder et s’occuper de l’animal, et ne le céder sous aucune forme (comme en faire don ou le vendre par exemple).

Adoptant : quel profil ?

A priori, tout le monde peut adopter un compagnon à poils ou à plumes dans un refuge. Mais, il faut être réaliste : car qu’il s’agisse d’un chat, d’un chien ou bien d’un oiseau, l’animal aura besoin de soins et d’attention. Il faut donc veiller à ce que l’adoptant ou bien un membre de sa famille qui adopte soit en mesure de s’en occuper correctement.

Adopter un animal ce n’est pas seulement le nourrir et lui donner un toit.

Sinon pour les personnes âgées qui vivent seules, l’adoption présente quand même des risques car s’il leur arrive quelque chose (maladie ou pire décès), que va-t-il advenir à nouveau de leur animal de compagnie ? Bref, il est clair qu’adopter implique de grandes responsabilités pour le ou les nouveaux maîtres ! Il faut donc prendre le temps de bien réfléchir avant de se lancer dans une telle aventure.

Pour conclure, les activités des refuges animaliers et la détresse des particuliers contraints d’abandonner leur animal de compagnie sont deux choses complémentaires. Dans tous les cas, l’unique résultat souhaité est en effet le bien-être des animaux qui ont besoin d’un nouveau toit, d’affection ainsi que d’une nouvelle famille.

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

 

(facultatif)